BROCHER (Charles)

COURS DE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ suivant les principes consacrés par le droit positif français

Lieu d’édition : Paris - Genève

Année d’édition : 1882-1883

Editeur : Ernest Thorin - Libr. H. Georg

Description : 2 vol. in-8, demi-chagrin noir, tit. & tom. dorés sur dos à 5 nerfs ornés de filets à froid, rel. au chiffre « HALL », (rel. frottées avec légères épidermures, coins et plats papier frottés avec manques de papier, très rares annotations au crayon), int. frais, [2 ff.]-460-[1 ff.] / [2 ff.]-436 p.

« L’apport du Genevois Charles Brocher (1811-1884) est […] lié au droit international privé […]. Dans son Nouveau Traité de droit international privé (1876) puis dans son Cours de droit international privé (1882-1883) [le présent ouvrage], Brocher considère le droit international privé comme « la loi des lois », une loi supérieure aux lois nationales dont il craint l’égoïsme. Voulant pourtant respecter le Code Napoléon appliqué à Genève, il combine l’application des statuts personnels et réels avec une conception originale de l’« ordre public international ». Sans se confondre avec l’ordre public interne, cet ordre public international ne serait pas une nouvelle forme de statut, mais une « modalité résultant de circonstances spéciales ». […] Brocher ménage la « force expansive » de l’élément territorial de l’État, de même qu’il restreint l’influence de la volonté individuelle en la subordonnant à la loi. Malgré ces concessions faites à la tradition statutaires, l’œuvre de Brocher a servi à acclimater les théories italiennes dans les pays où s’appliquait la codification napoléonienne. » [J.-L. Halpérin, Entre nationalisme juridique et communauté de droit, P.U.F., 1999]
140 €
(Réf. 51291)

Mots clés : Droit international privé

« L’apport du Genevois Charles Brocher (1811-1884) est […] lié au droit international privé […]. Dans son Nouveau Traité de droit international privé (1876) puis dans son Cours de droit international privé (1882-1883) [le présent ouvrage], Brocher considère le droit international privé comme « la loi des lois », une loi supérieure aux lois nationales dont il craint l’égoïsme. Voulant pourtant respecter le Code Napoléon appliqué à Genève, il combine l’application des statuts personnels et réels avec une conception originale de l’« ordre public international ». Sans se confondre avec l’ordre public interne, cet ordre public international ne serait pas une nouvelle forme de statut, mais une « modalité résultant de circonstances spéciales ». […] Brocher ménage la « force expansive » de l’élément territorial de l’État, de même qu’il restreint l’influence de la volonté individuelle en la subordonnant à la loi. Malgré ces concessions faites à la tradition statutaires, l’œuvre de Brocher a servi à acclimater les théories italiennes dans les pays où s’appliquait la codification napoléonienne. » [J.-L. Halpérin, Entre nationalisme juridique et communauté de droit, P.U.F., 1999]
51291

Fiche technique

Lieu d’édition
Paris - Genève
Année d’édition
1882-1883
Date d’édition
1882-01-01
Editeur
Ernest Thorin - Libr. H. Georg
Description
2 vol. in-8, demi-chagrin noir, tit. & tom. dorés sur dos à 5 nerfs ornés de filets à froid, rel. au chiffre « HALL », (rel. frottées avec légères épidermures, coins et plats papier frottés avec manques de papier, très rares annotations au crayon), int. frais, [2 ff.]-460-[1 ff.] / [2 ff.]-436 p.

Pas de commentaires client pour le moment.

Nouveau compte S'inscrire