CONSTANT (Benjamin)

MÉMOIRES SUR LES CENT JOURS EN FORME DE LETTRES AVEC DES NOTES ET DES DOCUMENTS INÉDITS, nouvelle éd.

Lieu d’édition : Paris

Année d’édition : 1829

Editeur : Pichon et Didier

Description : in-8, br., (couv. tachée et fanée, qq. rousseurs), intérieur frais, XXX-182-196 p.

Désormais pourvue d’une édition définitive (œuvres complètes T. XIV, Nymeier 1993 publiées sous la direction de K. Kloocke), ce texte important de Benjamin Constant qui est ici présenté dans sa deuxième et dernière édition publiée du vivant de l’auteur qui contient en particulier une substantielle introduction de 30 P. dans laquelle B. C. revient sur ce qui est une des périodes les plus délicates de sa biographie et justifie le fait qu’il ait choisi pendant les Cent Jours de servir à la rédaction de l’Acte Additionnel. Ces mémoires parurent initialement dans la Minerve en 1819. Leur édition fut interrompue à la suite de la mort du duc de Berry et du régime de censure de la presse qui s’ensuivit de sorte que Constant fut amené à terminer leur édition en volumes en 1822. Stendhal a évoqué ce livre de la manière suivante : "On devine le vrai, même à travers les réticences d’un homme d’esprit, c’est ce qui rend fort piquant le dernier livre de M. Constant." Ces éditions anciennes sont peu courantes.
(Réf. 9543)

Si ce livre vous intéresse, contactez-nous
Désormais pourvue d’une édition définitive (œuvres complètes T. XIV, Nymeier 1993 publiées sous la direction de K. Kloocke), ce texte important de Benjamin Constant qui est ici présenté dans sa deuxième et dernière édition publiée du vivant de l’auteur qui contient en particulier une substantielle introduction de 30 P. dans laquelle B. C. revient sur ce qui est une des périodes les plus délicates de sa biographie et justifie le fait qu’il ait choisi pendant les Cent Jours de servir à la rédaction de l’Acte Additionnel. Ces mémoires parurent initialement dans la Minerve en 1819. Leur édition fut interrompue à la suite de la mort du duc de Berry et du régime de censure de la presse qui s’ensuivit de sorte que Constant fut amené à terminer leur édition en volumes en 1822. Stendhal a évoqué ce livre de la manière suivante : "On devine le vrai, même à travers les réticences d’un homme d’esprit, c’est ce qui rend fort piquant le dernier livre de M. Constant." Ces éditions anciennes sont peu courantes.
9543

Fiche technique

Lieu d’édition
Paris
Année d’édition
1829
Date d’édition
1829-01-01
Editeur
Pichon et Didier
Description
in-8, br., (couv. tachée et fanée, qq. rousseurs), intérieur frais, XXX-182-196 p.

Pas de commentaires client pour le moment.

Nouveau compte S'inscrire