D’ARBOIS de JUBAINVILLE (Henri)

RECHERCHES SUR L’ORIGINE DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE ET DES NOMS DE LIEUX HABITÉS EN FRANCE, période celtique et période romaine, avec la collaboration de G. Dottin

Lieu d’édition : Paris

Année d’édition : 1890

Editeur : Ernest Thorin

Description : in-8, demi-vélin ivoire, tit. doré sur pc. de maroquin noir, rel. au chiffre « J. G. G. », couv. cons., bon état, XXXI-703 p.

L’ouvrage de Jules Quicherat, De la formation française des anciens noms de lieu, a paru en 1867 ; pour traiter ce sujet à toutes les époques de l’histoire de France, Quicherat n’avait employé que 84 pages. M. d’Arbois de Jubainville a repris une partie étroitement limitée du même sujet : il a écarté d’abord les noms des fleuves, des montagnes, des bois, pour ne s’attacher qu’à ceux des lieux habités, ensuite tous les noms de formation postérieure à la conquête franque : son exposé, ainsi réduit aux lois de la formation des noms des lieux habités en France pendant la période celtique et la période romaine, occupe 410 pages. Ce chiffre montre les développements qu’ont pris et les progrès qu’ont faits, à cette époque, les études d’onomastique géographique inaugurées par Quicherat. Il permet aussi de juger du soin minutieux avec lequel M. d’Arbois de Jubainville et son collaborateur se sont astreints à approfondir, dans le moindre détail, les questions que soulève ce thème d’études. Les auteurs ont fait le relevé de tous les radicaux, noms propres ou noms communs, de toutes les finales, suffixes ou désinences, qui entrent dans la composition des noms de lieu gaulois et des noms de lieu romains ; à chacun de ces éléments, ils ont consacré un paragraphe, où ils ont rassemblé le plus grand nombre possible d’exemples de l’emploi du radical ou de la finale en question. Des tables détaillées et complètes facilitent l’usage de ce précieux répertoire, pour toutes études des antiquités locales et de la géographie historique.
(Réf. 50988)

Mots clés : Droit administratif Domaine public

Si ce livre vous intéresse, contactez-nous
L’ouvrage de Jules Quicherat, De la formation française des anciens noms de lieu, a paru en 1867 ; pour traiter ce sujet à toutes les époques de l’histoire de France, Quicherat n’avait employé que 84 pages. M. d’Arbois de Jubainville a repris une partie étroitement limitée du même sujet : il a écarté d’abord les noms des fleuves, des montagnes, des bois, pour ne s’attacher qu’à ceux des lieux habités, ensuite tous les noms de formation postérieure à la conquête franque : son exposé, ainsi réduit aux lois de la formation des noms des lieux habités en France pendant la période celtique et la période romaine, occupe 410 pages. Ce chiffre montre les développements qu’ont pris et les progrès qu’ont faits, à cette époque, les études d’onomastique géographique inaugurées par Quicherat. Il permet aussi de juger du soin minutieux avec lequel M. d’Arbois de Jubainville et son collaborateur se sont astreints à approfondir, dans le moindre détail, les questions que soulève ce thème d’études. Les auteurs ont fait le relevé de tous les radicaux, noms propres ou noms communs, de toutes les finales, suffixes ou désinences, qui entrent dans la composition des noms de lieu gaulois et des noms de lieu romains ; à chacun de ces éléments, ils ont consacré un paragraphe, où ils ont rassemblé le plus grand nombre possible d’exemples de l’emploi du radical ou de la finale en question. Des tables détaillées et complètes facilitent l’usage de ce précieux répertoire, pour toutes études des antiquités locales et de la géographie historique.
50988

Fiche technique

Lieu d’édition
Paris
Année d’édition
1890
Date d’édition
1890-01-01
Editeur
Ernest Thorin
Description
in-8, demi-vélin ivoire, tit. doré sur pc. de maroquin noir, rel. au chiffre « J. G. G. », couv. cons., bon état, XXXI-703 p.

Pas de commentaires client pour le moment.

Nouveau compte S'inscrire