Recherche : Ok Recherche avancée
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Détail
CE DROIT QU’ON DIT ...

Grégoire BIGOT, CE DROIT QU’ON DIT ADMINISTRATIF… Études d’histoire du droit public – 2e édition revue et augmentée – , Paris, Éditions La Mémoire du Droit déc. 2020, 13,5 X 24 cm., broché, label « Imprim’vert® », emballé sous film transparent, LXIII-366 p.

Editeur : Éditions La Mémoire du Droit (Paris)

Année : déc. 2020

Le droit administratif n’a pu naître, aux alentours de 1900, comme science universitaire autonome, qu’à la condition d’escamoter son histoire. Écrire cette histoire, c’est s’interroger sur la nature de ce droit qu’on dit administratif. Elle est politique dans la mesure où elle raconte la confrontation de l’individu, armé des droits subjectifs que les Déclarations lui reconnaissaient, et de l’État. Elle met en lumière le drame d’une Révolution française qui, par défiance de la justice comme pouvoir, ne sut pas ériger de juges en tiers garant de ces droits. Le modèle napoléonien, qui plonge pour plus d’un siècle la France dans l’oubli des droits comme fondement du politique, crée la justice administrative dans l’intérêt d’un pouvoir réglé, celui d’un État en surplomb des droits. Le droit administratif est ainsi une science de l’État, sur lequel il fonde ses fins et sa légitimité. Dans cette nouvelle édition, la préface (70 pages) a été entièrement réécrite. L’auteur y fait le point sur vingt années de recherches, notamment au sujet de cette « chose qui est paraît-il l’État ». On y trouve également trois nouveaux chapitres sur la dimension fondamentalement politique du droit public. Publication dans laquelle Grégoire Bigot défend sa conception de la recherche : « Chercher, c’est chercher à déplacer les lignes de forces. Humblement. En se trompant souvent. Ne rien tenir pour vrai de ce que l’enseignement du droit nous inculque. Le droit comme sujet d’étonnement ».

Prix : 39 €
Réf. :3964
Ce livre ne vous convient pas entièrement,
vous pouvez être alerté de la disponibilité d'un nouvel exemplaire.
Créer une alerte
.